Section PS du pays d'Iroise
twitter facebook rss

Contrats aidés : agir collectivement pour des politiques d’insertion renforcées

Nous relayons cette communication de la majorité Finistère & Solidaire au conseil départemental.


Au cœur de l’été, le Gouvernement annonçait brutalement la baisse drastique des contrats aidés. La décision sans aucune concertation rend le coup d’autant plus rude. Aujourd’hui les conséquences sont lourdes pour les milliers de personnes qui ont perdu leur emploi. Ce sont des personnes en réinsertion professionnelle, parfois en situation de fragilité, majoritairement des femmes, qui pouvaient, à travers ces contrats développer leurs compétences, renforcer leur expérience et renouer avec la confiance nécessaire pour un retour durable dans le monde du travail.Derrière les statistiques, il y a des réalités humaines et sociales. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter et d’échanger avec les centaines de Finistérien.ne.s qui ont bénéficié de ce type de contrat.

Le public concerné, le Conseil départemental le connaît et agit pour et avec lui au quotidien. En tant que chef de file, les Conseils départementaux mettent en œuvre des politiques d’inclusion et sont actifs sur le front de l’insertion. Le moratoire proposé par Nathalie Sarrabezolles, au travers d’une lettre ouverte au Président de la République, réaffirme en Finistère que nous sommes prêts à imaginer et à expérimenter de nouveaux dispositifs pour allier construction personnelle, insertion sociale, formation continue et parcours collectif.

Les réactions locales comme nationales, la mobilisation associative, notamment celles d’entreprises de l’économie sociale et solidaire tout comme celles des nombreux élu.e.s locaux ont démontré toute la nécessité de ces dispositifs indispensables à la cohésion sociale. Car ce sont autant de missions dans les écoles auprès des enfants, dans les établissements sanitaires et sociaux auprès des personnes âgées et handicapées, dans les associations dynamisant les territoires, qui sont remis en cause.

Ces contrats sont insuffisants, sûrement perfectibles. Ils n’en sont pas moins aujourd’hui un outil de mise en œuvre des politiques d’insertion. Au lieu de se désengager de l’accompagnement d’un public fragile par la baisse arbitraire des contrats aidés, le Gouvernement devrait au contraire travailler à un renforcement d’une politique nationale d’insertion ambitieuse qui ne laisse personne au bord de la route.

Les  élu.e.s de la majorité départementale « Finistère et Solidaires »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Actualité, Canton de Saint Renan |